Langue bretonne

Cours de breton, niveau élevé, conversation, lecture et commentaires de textes d’hier et d’aujourd’hui (actualité sur e-mail) ; 5/6 élèves assidus.

Le cours est un des 4 cours de « Skol al louarn« , association guérandaise pour promouvoir la langue et la culture bretonne.

http://www.skolallouarn.org – Siège social : Mairie de Guérande.

Responsable : Gérard POUHAËR

Trésorier : Loïc de CHATEAUBRIANT

Jours et horaires des cours : le jeudi de 18 h 00 à 20h 00

Tarif 2011/2012 (année scolaire) : 110 € – réduit : 51 €

 

______________________________________________________________

Traductions de français en breton :

LE PHARE DES SANGUINAIRES 
Dans « les lettres de mon moulin » – Alphonse DAUDET – 1869
Extrait:

Le soleil, déjà très bas,descendait vers l’eau de plus en plus vite, entraînant tout l’horizon après lui. Le vent fraîchissait, l’île devenait violette. Dans le ciel, près de moi, un gros oiseau passait lourdement : c’était l’aigle de la tour génoise qui rentrait… Peu à peu la brume de mer montait. Bientôt on ne voyait plus que l’ourlet blanc de l’écume autour de l’île … Tout à coup, au-dessus de ma tête, jaillissait un grand flot de lumière douce. Le phare était allumé . Laissant toute l’île dans l’ombre, le clair rayon allait tomber au large sur la mer, et j’étais là perdu dans la nuit, sous ces grandes ondes lumineuses qui m’éclaboussaient à peine en passant… Mais le vent fraîchissait encore. Il fallait rentrer. À tâtons, je fermais la grosse porte, j’assurais les barres de fer ; puis, toujours tâtonnant, je prenais un petit escalier de fonte qui tremblait et sonnait sous mes pas, et j’arrivais au sommet du phare. Ici, par exemple, il y en avait de la lumière !

Ha me, e keit-se, ez aen d’azezañ er maez war ar leurenn. An heol, izel tre dijà a ziskenne etrezek an dour buanoc’h buanañ, o sachañ an dremmwell a-bezh d’e heul. An avel a freskae, an enez a yae da vouk. En oabl, tost din, ur mel lapous a dremene, pounner. Erer an tour Genoise o tont en dro an hini oa.

Tamm ha tamm ar vorlusenn a greske. Dizale ne veze gwelet nemet gourem gwenn an eon en dro d’an enez…A-daol-trumm, a-us da ‘m fenn, e strinkas a bep tu ur mor bras a sklerijenn dous. An tour tan a oa enaouet, o laoskañ an enez a-bezh en denvalijenn, ar bann sklaer a yae da gouezhañ war don ar mor. Hag aze e oan, kollet en noz, didan ar gwargennoù luc’h se, a strinke a-boan warnon en ur dremen.

Met freskaat a rae an avel adarre. Ret e oa din distroiñ. A dastorn e serren an nor vras, starten ar barennoù houarn, ha goude-se, atav a dastorn, ez aen gant ar skalier potin bihan hag a grene hag a sone dindan va zreid, hag e ‘n em gaven e lein an tour tan. Amañ ‘vat, e oa sklerijenn !

 

Poème


Dans  » HÉLÈNE OU LE RÈGNE VÉGÉTAL  » de René Guy CADOU

Page 73

Celui qui entre par hasard dans la demeure d’un poète
Ne sait pas que les meubles ont pouvoir sur lui
Que chaque nœud du bois renferme davantage
De cris d’oiseaux que tout le cœur de la forêt
Il suffit qu’une lampe pose son cou de femme
A la tombée du soir contre un meuble verni
Pour délivrer soudain mille peuples d’abeilles
Et l’odeur de pain frais des cerisiers fleuris
Car tel est le bonheur de cette solitude
Qu’une caresse toute plate de la main
Redonne à ces grands meubles noirs et taciturnes
La légèreté d’un arbre dans le matin.

An hini a ya e tre , dre zigouez, en ti ur barzh
Ne oar ket o deus an arrebeurri perzh warnañ,
Ha pep ulmen a zalc’h muioc’h
A griadegou lapoused eget kreizh  ar c’hoat a-bezh.
Trawalc’h eo ur gleuzenn o staliañ he c’houzoug maouez
El lammig an noz ouzh ur pezh arrebeurri gwerniset
Evit dieubiñ a-daol trumm mil bobl a wenan,
Ha  c’hwezh bara fresk ar gwez kerez e bleuñv.
Rak kement kreñv eo eurvad an digenvez-se
Hag a flouradenn plaen tre gant an dorn
Adro d’ar mel pezhiou arrebeurri du ha tavedek-se,
Skañvadurezh  ur wezenn diouzh ar mintin .

 

Traduit en breton par le groupe de La Madeleine de Skoll al louarn Guérande
Mars 2017.

Les commentaires sont fermés.